Mademoiselle

Quand je suis arrivée ici, Mademoiselle avait à peine 40 ans.
A la mort de ses parents, elle avait repris l’appartement de la rue de Bourg et avait passé une petite annonce pour trouver « une dame à tout faire ».
Quand je me suis présentée, elle m’a engagée tout de suite. « Vous me plaisez bien » qu’elle avait dit.
Je venais de quitter un ménage à St Sulpice et j’étais contente de venir en ville. Surtout dans les beaux quartiers.
Ça doit faire plus de 10 ans maintenant.
Chaque matin, je descends du bus place St. François et je remonte la rue de Bourg à pied.
Ça aussi c’est quelque chose qui a changé, la rue de Bourg… Depuis qu’ils ont mit un Mac do, c’est plus pareil. Si c’est pas une honte de voir ça. Avant le Mac do, y’avait que du beau monde rue de Bourg, et des belles vitrines aussi. En face de Globus, les chocolats Blondel … j’en ai mangé une fois y’a longtemps, des chocolats de chez Blondel … Dans la même rue que Mac do … Si c’est pas une honte ça …
Oui, Mademoiselle, elle avait à peine 40 ans quand je suis arrivée ici. Elle portait encore des culottes en coton dans ce temps là. C’est pas comme aujourd’hui, dentelles et tralala.
Je me rappelle, elle était chic dans ce temps là. Toujours soignée, en tailleur gris et chemisier blanc.
Quand elle rentrait de l’école, je lui servais un thé à la cuisine et elle commençait tout de suite la correction des copies de ses élèves. Ah pour ça, elle était consciencieuse Mademoiselle.
Et bien faite avec ça. J’lui disais toujours « si c’est pas un malheur, une belle fille comme vous, toujours seule ! »
Et puis un jour ; ça fait quoi déjà ? 3 ans ? un jour, en faisant la lessive, dentelles et tralala. Des culottes toutes petites avec un fil derrière, des soutiens-gorge noirs, rouges, des portes jarretelles  … Moi, j’ai rien dit, mais j’ai pensé qu’il y avait de l’homme là-dessous…
Ben, j’me suis pas trompée. Et que j’vais chez le coiffeur, et que j’vais à la gym … ça sentait pas bon tout ça. Pace’que, Mademoiselle, c’était plus de son âge de faire la jeune fille !
Elle s’est mise à fumer et à boire n’importe quoi, le matin, je débarrassais les cendriers pleins et les bouteilles vides …
Si c’est pas malheureux tout ça …
Et puis un jour ; ça fait quoi déjà ? 6 mois ? un jour, quand j’suis arrivé, j’l’ai trouvée au lit, toute barbouillée … Moi, j’ai rien dit, mais j’ai bien vu qu’elle avait pleuré Mademoiselle. Et pas qu’un peu ! Elle avait le visage tout gonflé, à peine si on voyait ses yeux.
Si c’est pas un malheur de voir ça … Depuis, elle travaillait plus, il parait qu’ils n’avaient plus besoin d’elle. Elle traînait toute la journée en robe de chambre, les slips avec la ficelle par terre … elle avalait plus rien sauf des cachés de toutes les couleurs …
Moi, j’dis rien, mais ça devait mal finir tout ça.
Aujourd’hui, on l’enterre Mademoiselle. Je lui ai remis sa culotte en coton et son tailleur gris. C’est plus convenable pour aller où elle va …

Publicités

2 réflexions sur “Mademoiselle

  1. Ziggie 13/12/2011 / 13:51

    J’aime énormément ce texte.

    Vraiment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s